Générer de la valeur à partir des déchets biodégradables

janvier 2020
20190318_084514.jpg
Le Bio-Grinder de BHS-Sonthofen est utilisé pour le traitement et le défibrage des matériaux biologiques.
La nouvelle installation de traitement des déchets biodégradables de l’association pour la gestion des déchets de Kempten (Zweckverband für Abfallwirtschaft Kempten) est en service depuis mai 2019. La technologie d’une valeur totale de 2,8 millions d’euros permet désormais de libérer les déchets biodégradables et le fourrage vert des corps étrangers puis de les faire fermenter. Afin d’obtenir un résultat optimal lors de la fermentation, les composants végétaux doivent être désagrégés de manière efficace : un Bio-Grinder de BHS-Sonthofen est donc utilisé pour traiter et défibrer les matériaux. Il se distingue par une consommation électrique réduite pour d’excellents résultats de désagrégation, même avec des matériaux de départ difficiles.
L’association Zweckverband für Abfallwirtschaft Kempten (ZAK) regroupe les collectivités chargées de la gestion des déchets de la ville de Kempten et des districts de Lindau et d’Oberallgäu. Les déchets de 312 000 habitants sont collectés, recyclés et éliminés dans les installations de traitement des déchets de la ZAK. Celles-ci comprennent notamment une installation de méthanisation pour les déchets verts et biologiques, une usine de compostage pour les déchets verts ainsi qu’une usine d’incinération des déchets à Kempten. Près de 25 000 tonnes de déchets verts et biologiques sont traitées chaque année dans l’installation de méthanisation. Ces déchets sont utilisés pour la production de biogaz, avec un rendement de biogaz annuel s’élevant à trois millions de normaux-mètres cubes. Pour cela, le constructeur d’installations Komptech GmbH de Frohnleiten (Autriche) a planifié et construit une nouvelle installation de traitement des déchets biodégradables. BHS-Sonthofen : un partenaire solide pour la désagrégation des déchets biologiques Komptech est un grand fournisseur technologique international de machines et systèmes pour le traitement mécanique et biologique des déchets. Le compostage, la méthanisation et le traitement de la biomasse comptent parmi ses compétences clés. L’entreprise a choisi BHS-Sonthofen comme partenaire solide pour planifier la nouvelle installation de traitement des déchets biodégradables pour la ZAK. Le projet comportait son lot de défis, dont la grande quantité de corps étrangers tels que le plastique dans les déchets biodégradables et la maximisation du rendement gazeux. Le problème des composants indésirables dans les déchets biodégradables a été réglé par une optimisation de la technologie de séparation. Les tamis, les aimants de type Overband et les trieuses avec technologie proche infrarouge permettent de séparer les déchets biologiques des sacs en plastique et pièces métalliques jetés par inadvertance. BHS-Sonthofen est intervenu pour garantir une production de biogaz plus efficace. « Le biogaz est produit lors de la fermentation des microorganismes. Plus les matériaux sont défibrés, plus les bactéries ont de l’espace pour s’établir », explique Andreas Breuer, chef du service Technologie, gestion des déchets et nouvelles énergies chez ZAK. « Lors de la planification de l’installation avec Komptech, nous avons explicitement demandé à ce que le Bio-Grinder de BHS fasse partie de l’installation, car nous avons déjà fait de bonnes expériences avec cette machine durant les essais pilotes – elle a désagrégé nos matériaux de départ de façon optimale. » De plus, la machine affiche une faible consommation électrique et est facile à entretenir. Trouver la meilleure solution pour le client Chaque processus de traitement de la biomasse est unique – les matériaux de départ définissent le processus à adopter et le choix de la machine appropriée, ainsi que son agencement et ses paramètres. « Nous avons fait au préalable des essais avec des fractions moyennes des déchets biologiques de ZAK. Il s’est avéré que le Bio-Grinder préparait de façon optimale les matériaux pour l’étape de procédé suivante dans le fermenteur », affirme Tobias Steinhauser, directeur des ventes de la région dans le domaine Recyclage et technologie environnementale chez BHS. La machine est la dernière étape de la nouvelle installation ; elle est utilisée après les processus de prébroyage et de tri. Les déchets biologiques sont séparés en fractions fines, moyennes et grossières. Tandis que les fractions grossières sont brûlées, les fractions fines et moyennes sont adaptées à la fermentation dans l’installation de méthanisation, et donc à la production de gaz. Les fractions moyennes doivent toutefois être désagrégées davantage dans le Bio-Grinder. Les matériaux alimentés sont chargés par le haut au centre du Bio-Grinder. Un rotor en étoile à rotation rapide doté d’un arbre vertical et de gros fléaux de broyage se trouve à l’intérieur de la machine. « Les matériaux alimentés sont soumis à une accélération vers l’extérieur par les forces centrifuges, puis subissent un traitement intensif de percussion, d’impact et de cisaillement », poursuit T. Steinhauser pour expliquer le procédé. « Le processus est continu, et les matériaux entièrement désagrégés sont déchargés par le bas. » Le Bio-Grinder de type RBG 08 avec 90 kW a été choisi pour ce domaine spécifique et la quantité de matériaux – il traite ici jusqu’à six tonnes par heure. Électricité et chauffage pour la région A. Breuer de la ZAK se montre satisfait de la nouvelle installation, et ce, après seulement quelques semaines d’utilisation : « Nous avons augmenté notre rendement de biogaz de 5 %. Ce n’est pas seulement un avantage sur le plan économique – l’environnement bénéficie également de cette capacité à tirer le plus de valeur possible du recyclage des déchets. » Le biogaz avec une part de méthane d’environ 55 % est transformé en énergie électrique et thermique dans trois centrales de cogénération. Cela permet de produire de l’électricité pour près de 2 000 foyers et de la chaleur pour environ 200 foyers. « En cas de besoin, les techniciens de maintenance ou les pièces de rechange arrivent rapidement sur place en raison de la proximité géographique de BHS-Sonthofen », ajoute A. Breuer, soulignant ainsi un autre avantage. « Nous économisons ainsi de longs trajets et déplacements, ce qui est également bénéfique pour l’environnement. »